La Grande Guerre et le Liban 1914-1918

A l’occasion de l’exposition sur Paris “La Grande Guerre & Le Liban” (Mairie du 1er arrondissement), je souhaitais revenir sur cet épisode encore très méconnu de la Première Guerre Mondiale, à savoir la situation des peuples sous domination Ottomane, et en particulier le peuple chrétien libanais.

Exposition "Le Liban & La Guerre"

En marge de cette exposition a eu lieu une conférence donnée le mercredi 12 novembre 2014, avec comme intervenants principaux :

  • Mme Carole Dagher. Présidente de l’AAABOB, Association des amis de la Bibliothèque Orientale de Beyrouth, chargée d’affaires culturelles de l’Ambassade du Liban en France.
  • Christian Taoutel. Professeur d’histoire à L’Université Saint Joseph et à l’Ecole internationale de Beyrouth. « Les Jésuites au Liban et la Grande Guerre de 1914-1918 au Liban. »
  • Youssef Mouawad. Historien et avocat, chargé de cours à l’AUB, la LAU et Notre Dame University. « La famine occultée (Mont Liban 1915-1918) »
  • Yann Bouyrat. Historien, chargé de cours à l’Université catholique de l’Ouest d’Angers et membre du CEMMC à Bordeaux. « Une entreprise difficile : l’aide de la France au Mt Liban pendant la grande famine (1916-1919) »
  • Hikmat Beyhum. Chercheur en géopolitique, membre à vie de la Société de géographie. « Un témoignage familial ».

Voici les principales thématiques, idées et anecdotes qui ont été échangées au cours de cette conférence :

La Première Guerre mondiale entraina la disparition des grands empires, Russie, Allemagne, Autriche-Hongrie, Ottoman. C’est un moment clef pour le Liban qui va en quelque sorte mourir à cause de la famine et renaître par l’indépendance. Le Liban vit des pages douloureuses lors de la Grande Guerre 1914-1918 :

  • Les brutalités ottomanes contre les nationalistes libanais.

Le gouverneur turc Djemel Pacha fait pendre à Beyrouth 6 nationalistes le 6 mai 1916 sur ce qui deviendra la place des Martyrs. La statue qui s’y élève symbolise la souveraineté et l’unité du Liban. D’autres exécutions, des persécutions et des tortures seront le lot des Libanais.

  • La grande famine de la montagne libanaise entre 1915- et 1918.

Plusieurs causes l’ont entrainée :

-Le pays n’a jamais été capable de nourrir sa population. Les récoltes habituelles ne couvrent que quatre mois de l’année. Les terres de la montagne sont particulièrement ingrates et pauvres.

-En 1915, des nuages de sauterelles ravagent le pays, les récoltes sont anéanties.

-Le Liban qui appartient à l’empire ottoman se trouve en guerre contre les Alliés. Aussi l’Angleterre maintient un blocus sévère sur l’empire ce qui empêche de ravitailler les populations affamées du Liban.

– Les autorités turques pratiquent des réquisitions de nourriture et de vêtements, des pillages. Elles empêchent d’acheminer des vivres ou des agrumes depuis la plaine littorale ou l’intérieur. Il y a une discrimination des secours ottomans qui favorisent les musulmans au détriment des chrétiens.

-La maladie va frapper comme souvent dans ces situations, typhus, typhoïde.

La famine au Liban est une des plus graves de l’Histoire avec au moins 200 000 personnes mortes de faim.

Exposition "Le Liban & La Guerre"

Exposition "Le Liban & La Guerre"

  1. De la famine au mémoricide.

Cette famine fut largement occultée, oubliée, c’est comme pour les guerres de Vendée, un véritable mémoricide.

– Il y eu un désir d’oublier car les comportements humains durant la famine ne poussent pas à la solidarité entre les victimes. C’est chacun pour soi avec des actes parfois horribles.

– Les victimes sont majoritairement chrétiennes. Pour légitimer le nouvel Etat, on a évacué la famine et insisté sur les martyrs pendus qui représentaient mieux la diversité religieuse. On a focalisé sur la répression ottomane, on ne veut pas mettre à part le Liban et la Syrie.

– La difficulté pour visualiser la famine dans un pays pauvre, occupé, très isolé nuit à la communication.

Exposition "Le Liban & La Guerre"

Exposition "Le Liban & La Guerre"

  1. Comment aider les populations affamées ?

Il est nécessaire dans un premier temps de connaitre et d’évaluer la situation. Comment à-t-on était mis au courant de cette famine ?

La diaspora libanaise va alerter les Alliés, en Egypte autour de l’archevêque d’Alexandrie, aux Etats-Unis avec des lettres à Poincaré, en France aussi. Des rapports diplomatiques alarmistes vont circuler. Les renseignements militaires parlent de 80 000 morts en 1916. Des religieux encore sur place comme les Jésuites, les Lazaristes tentent d’alerter l’opinion internationale.

Comment la France est-elle intervenue ?

Les conditions de la guerre mondiale, le fait que le Liban soit en territoire ennemi rendent l’intervention très difficile

Les Anglais ne veulent pas lever le blocus de l’empire ottoman. Les Turcs imposent des conditions drastiques de distribution.

L’armée française installée sur l’île de Rouad, à trois kilomètres au large des côtes syriennes en face de la ville de Tartous, accueille quelques réfugiés. Elle fera parvenir par des nageurs de l’argent aux populations. Environ 500 000 francs seront acheminés et distribués par des missionnaires sur place.

Ce n’est qu’en 1918 que les obstacles vont être levés et que la France va déployer une aide massive depuis six points de ravitaillement sur le littoral et quatorze stations dans la montagne. Il faudra également s’occuper des nombreux orphelins. 

Exposition "Le Liban & La Guerre"

Exposition "Le Liban & La Guerre"

La grande famine du Liban durant la Première Guerre mondiale demande à être connue comme évènement historique douloureux et fondateur d’une souveraineté durement arrachée à l’occupant ottoman.

Heureusement pour nous remettre de cette conférence chargée de sens et d’histoire, était organisé à la sortie le vernissage de l’exposition avec dégustation de quelques bons vins libanais. Ca redonne tout de suite du moral, et du coeur à l’ouvrage…pour préserver la paix!

Exposition "Le Liban & La Guerre"

Exposition "Le Liban & La Guerre"

Exposition "Le Liban & La Guerre"

Exposition "Le Liban & La Guerre"