Château de Pommard, nouvelle Silicon Valley du vin en Bourgogne

La 43ème édition du Festival du cinéma américain, qui a débuté cette semaine à Deauville, nous rappelle qu’il existe une relation culturelle réelle et forte entre la France et les Etats-Unis. Cette relation n’a certes pas toujours été fluide et harmonieuse, elle a même souvent connu de fort contrastes et sujets d’achoppement. Mais comme à la manière d’un couple caractériel, c’est sans doute ces crises passionnelles successives qui ont entretenu la flamme entre ces deux pays jusqu’à nos jours.
Et la France et les Etats-Unis connaissent sans doute une forme de relation équivalente dans le domaine du vin, faite à la fois de désir, de jalousie, d’estime et d’admiration mutuelle. Souvenons-nous encore une fois du jugement de Paris en 1976…
Judgment-of-Paris.jpg
Le 19 juillet dernier, la famille Carabello-Baum, de San Francisco, célébrait la nouvelle marque du Château Pommard, l’un des domaines viticoles les plus renommés de Bourgogne. Et pour symboliser au mieux le lancement de la nouvelle identité visuelle, ses heureux propriétaires américains, devenus en 2014 la cinquième famille à préserver et développer ce vignoble bourguignon, ont choisi le coeur de Paris et plus précisément l’Hôtel de Crillon fraichement rénové. Ou tout le symbole d’un renouveau plein de promesses pour cette audacieuse collaboration franco-américaine.
Pommard Crillon 4.jpg
Pommard Crillon 1.jpg
Pommard Crillon 5.jpg
Pommard Crillon 3.jpg
Ce qui est impressionnant à propos de cette nouvelle marque Château de Pommard c’est sa sensibilité envers le consommateur moderne, celui qui fait autant attention à la beauté et à l’originalité qu’à la nature et à l’écologie. La nouvelle bouteille est envoûtante, mais ce qui est le plus important c’est l’accent porté sur les pratiques naturelles et l’expression pure du terroir ” Gérard Margeon, Chef Sommelier Exécutif chez Groupe Alain-Ducasse.
Chateau de Pommard nature.jpg
Notre mission était de conserver l’esprit traditionnel de la classique bouteille bourguignonne tout en y amenant de la modernité. nous avons conservé les épaules traditionnelles de la bourguignonne en les plaçant un peu plus haut vers le col, et avons affiné la bouteille vers le bas offrant des contours plus élancés. La traditionnelle bague sur le goulot de la bouteille a été retirée pour laisser un col continue de haut en bas. Cette nouvelle forme permet de servir le vin avec plus d’élégance et apporte une meilleure ergonomie ” Eric Chalvin, fondateur de Delenvie
home_wine-pommard.jpg
Le Château entretient des relations très proches avec ses clients, la nouvelle identité visuelle témoigne parfaitement de cette intimité tout en conservant la passion du vin bourguignon ” Julien Zylbermann, Fondateur d’Appartement 103
Le Crillon c’est bien pour découvrir Château de Pommard, mais le vignoble et la cave, c’est encore mieux ! Nous prenons donc la route le week-end suivant direction Beaunes, capitale vinicole de la Bourgogne. Nous faisons étape dans un hôtel plein de charme malgré ses nombreux défauts, faisant dire à mes accompagnatrices américaines de manière tout à fait spontanée : “so French!”.
lehome.jpg
ping pong home beaunes.jpg
Notre rendez-vous à Château Pommard n’étant qu’à 17h30, nous pérégrinons un peu dans les environs en ce début d’après-midi, le vent d’été nous dépose finalement devant le portail du Domaine de Chandon de Brailles. Il est ouvert, nous nous introduisons dans la cour intérieure. Mais une sensation étrange nous envahie soudain, comme si nous n’étions pas à notre place : malgré la présence d’autres véhicules, aucune trace d’âme qui vive, si ce n’est ce vieux labrador usé par l’âge. Nous poussons cependant un peu plus loin notre exploration en empruntant le passage de la dépendance agricole, qui nous mène directement au jardin en contournant le Château. Comme Alice découvrant le Pays des Merveilles, nous sommes éblouis par temps de beauté, et en même temps troublés par l’absence totale de présence humaine.
Chandon de Brailles 1.jpg
Chandon de Brailles 2.jpg
Chandon de Brailles 3.jpg
Pourtant la porte principale et les fenêtres sont ouvertes, la table est mise dans la salle à manger, une douce odeur de cuisine qui mijote nous arrive jusqu’aux narines…”il y a quelqu’un?”. Rien, si ce n’est le silence assourdissant de la nature qui s’active dans le jardin. Alice aurait-elle rejoint la légende de Sleepy Hollow? Sans demander notre reste, nous quittons précipitamment les lieux avant d’être prisonniers d’un quelconque maléfice…
Nous reprenons notre route direction Pommard, pour un tout autre accueil. Nous sommes tout simplement arrivés à la Mecque de l’oenotourisme européen. Une place de parking dédiée, une hôtesse à l’accueil qui nous redirige en fonction de l’expérience souhaitée, un conseiller en vin (Simon) qui nous prend en charge tout au long de la visite, et même le propriétaire des lieux (Michael Baum) qui passe nous saluer un verre de vin bien frais à la main. Nous sommes bel et bien rentrés dans une nouvelle dimension en Bourgogne !
oenotourisme 1.jpg
oenotourisme 3.jpg
oenotourisme 4.jpg
L’expérience se termine par une dégustation des différents crus et millésimes issus des 7 terroirs que compte les 20h du clos Marey-Monge autour du Château. Le Vivant Micault 2013 joyeux et généreux comme les jeunes vignes du domaine, le clos Marey-Monge monopole 2012 et 2010, d’une grande complexité issue des différents terroirs, qui ne demande qu’à s’ouvrir et s’épanouir avec le temps, et enfin le Simone 2013, la perle du clos, qu’on apprend à apprivoiser avant d’oser y tremper ses lèvres.
Vins Pommard.jpg
Vins Pommard 2.jpg
Une chose est sûre, l’arrivée de la culture américaine est en train de faire bouger la Bourgogne ! Espérons pour le meilleur et en bonne intelligence avec les autres producteurs de la région, que j’invite à venir vivre l’expérience au Château de Pommard pour un cours de Marketing & Oenotourisme accéléré !